skip to Main Content
La Standby Letter Of Credit

La Standby Letter of Credit

La Standby Letter of Credit

 

Les aventures de Monsieur Raoul N°3

Mercredi le téléphone sonne :

« M. MOURADIAN, c’est encore RAOUL, je pars signer un contrat au Canada pour la fourniture de pièces détachées tout est OK sauf les paiements, le client va me passer une commande d’environ 20.000 CAD (Dollar canadien) toutes les semaines, avec paiement à 90 jours, mon client ne veux pas ouvrir une L/C à chaque fois car il me dit que c’est trop long, trop cher et trop lourd à gérer. Aidez-moi car en 90 jours je lui aurai fourni pour 240.000 CAD de pièces sans être sûr d’être payé !!! »

« Votre client à tout à fait raison, la solution serait qu’il fasse émettre par sa banque soit une Standby Letter of Credit (St By L/C) aussi appelée lettre de crédit StandBy, soit une garantie appelable à première demande en votre faveur.

Le principe consiste à déterminer un montant d’encours maximum sur 90 jours (soit 240.000 CAD) sur une durée d’un an renouvelable. Vous et votre client travaillez normalement et le client vous paye à 90 jours ; ce n’est qu’en cas de problème, sur simple demande que vous pouvez appeler la garantie, la banque se substituera alors à votre client dans la limite du plafond. Cela vous permets de travailler comme avec un client de longue date sans procédures particulières avec un filet de protection (la banque), pour un coût réduit.

Monsieur Raoul, je vous engage à regarder ma vidéo sur les StandBy letters of credit vidéo

 

Ainsi que ma vidéo sur les garanties et cautions video

La Standby Letter of Credit

Appelée également SBLC (stand-by letter of credit), est une garantie bancaire avec laquelle l’importateur garantit à son fournisseur que sa banque se substituera à lui s’il est défaillant, à condition que l’exportateur présente les documents réclamés comme preuve de l’existence de la créance.

Contrairement au credit documentaire qui doit se réaliser, la SBLC (ou letter of credit StandBy) a pour vocation de ne pas être mise en jeu. Donc ce n’est pas exactement un instrument de paiement, c’est un contrat financier indépendant du contrat commercial.

C’est l’acheteur qui est à l’origine de la SBLC et qui en fait la demande auprès de sa banque (banque émettrice), qui informera le vendeur par l’intermédiaire d’une banque notificatrice (ou confirmatrice).

En cas de non paiement de l’acheteur, le vendeur se retourne contre la banque  notificatrice qui se fait rembourser par la banque émettrice. Charge à cette dernière de se faire rembourser par l’acheteur.

Source: Olivier MOURADIAN  et  https://www.glossaire-international.com/pages/tous-les-termes/lettre-de-crundefineddit-stand-by.html

Back To Top